IMG_20190901_161320.jpg Oppidum de CeyracThumbnailsVue sur Saint-Hippolyte-du-Fort et les CévennesOppidum de CeyracThumbnailsVue sur Saint-Hippolyte-du-Fort et les CévennesOppidum de CeyracThumbnailsVue sur Saint-Hippolyte-du-Fort et les CévennesOppidum de CeyracThumbnailsVue sur Saint-Hippolyte-du-Fort et les CévennesOppidum de CeyracThumbnailsVue sur Saint-Hippolyte-du-Fort et les Cévennes


Découvert en 1905, il s’agit d’un rempart encerclant une surface de 500 m² et sur laquelle furent découverts de « nombreux débris de poteries grises qui rappellent celles des Volces Arécomiques et quelques silex grossièrement taillés et fortement patinés » (Provost et al. 1999a, 347). La prospection effectuée en 2010 sur ce site a permis de retrouver cette enceinte, néanmoins aucun tesson ne fut repéré. Cet établissement reste donc à ce jour mal daté et difficile à caractériser; sa petite superficie le distingue des établissements contemporains.

« Archéologie de la haute et moyenne vallée du Vidourle, de l’âge du Fer à l’an mille » par Maxime Scrinzi.


Information
Author
Anthony Morel
Downloads
0
Location
View on OpenStreetMap
Rating score
no rating
Rate this photo
Visits
7
EXIF Metadata
Date Time of Original
2019:09:01 16:13:00
iptc_Object
Oppidum de Ceyrac
iptc_Keywords
Histoire, France, département du Gard, Occitanie, garrigue, Conqueyrac, été, filtre, Nik Collection, vestige, Natura 2000, oppidum, Gorges de Rieutord, Fage et Cagnasse, protohistoire, Pic de Ceyrac, Ceyrac, Oppidum de Ceyrac, Xiaomi
iptc_Special_Instructions
iptc_Date_Created
20190901
iptc_Time_Created
161300+0000
iptc_Originating_Program
digiKam
iptc_Program_version
5.9.0
iptc_By_line
Anthony Morel
iptc_By_line_Title
iptc_City
iptc_Province_State
iptc_Country_Primary_Location_Code
iptc_Country_Primary_Location_Name
iptc_Headline
Oppidum de Ceyrac
iptc_Credit
© 2016 - Tous droits réservés
iptc_Source
iptc_Copyright_Notice
iptc_Caption_Abstract
Découvert en 1905, il s’agit d’un rempart encerclant une surface de 500 m² et sur laquelle furent découverts de « nombreux débris de poteries grises qui rappellent celles des Volces Arécomiques et quelques silex grossièrement taillés et fortement patinés » (Provost et al. 1999a, 347). La prospection effectuée en 2010 sur ce site a permis de retrouver cette enceinte, néanmoins aucun tesson ne fut repéré. Cet établissement reste donc à ce jour mal daté et difficile à caractériser; sa petite superficie le distingue des établissements contemporains. « Archéologie de la haute et moyenne vallée du Vidourle, de l’âge du Fer à l’an mille » par Maxime Scrinzi.
iptc_Writer_Editor
Anthony Morel